2000 - L'ATTAQUE DE LA MOUSSAKA GEANTE

(The Attack of the Giant Mousaka / I Epithesi Tou Gigantiaiou Mousaka)
De Panos Koutras (Grèce)
Avec Yannis Aggelakas, Myriam Vourou, Christos Mantakas, Gregory Patrikareas, Eugene Dimitriou, Themis Bazaka


Pour son premier long-métrage, Panos Koutras s’est lancé un défi pour le moins surprenant : réaliser une parodie des films de science-fiction des années 50 en y intégrant deux des clichés les plus communément associés à la Grèce : la moussaka et l’homosexualité ! Le résultat est un délirant fourre-tout qui semble croiser les univers de Pedro Almodovar, Tim Burton, John Waters et Ed Wood. Ainsi, près de vingt ans après L’Attaque des Tomates Tueuses, voici L’Attaque de la Moussaka Géante. Nous sommes à Athènes, au début des années 2000. Dans une villa luxueuse, le plus jeune ministre grec et son épouse Joy, très portée sur la cocaïne, se disputent en plein dîner. Excédé, leur fils Aris quitte la table et va donner sa part de moussaka au chien. Soudain, une soucoupe volante psychédélique surgit dans le ciel nocturne. A son bord se trouvent un quatuor de superbes extra-terrestres femelles en bikini affriolant, dont la plastique sculpturale semble égaler la stupidité béate.

Soucieuses de téléporter l’une d’entre elles, nommée Gora, sur la planète Terre, elles envoient vers le sol un rayon lumineux, mais le résultat n’est pas du tout celui escompté. En effet, le rayon irradie la moussaka, et aussitôt celle-ci se met à grandir de manière alarmante, atteignant en un clin d’œil la taille d’un immeuble de six étages. Dès lors, le film prend les allures de pastiche du Blob, car la colossale masse d’aubergine, de béchamel et de viande hachée rampe dans les rues de la ville en émettant d’affreux bruits de succion et sème une mort brûlante sur son passage, aspergeant les citoyens de jets d’huile mortels. Aux premières loges de ce terrible spectacle se trouvent des astrophysiciens homosexuels en blouse rose et Tara, un travesti rondouillard qui rêve de devenir styliste ou top-model (ou les deux) et qui se rendait à une fête disco en compagnie de ses deux amis Dimis et Chanel. Tandis que le monde entier s’interroge sur l’origine et les motivations de cet abominable monstre culinaire, les victimes se multiplient, muant progressivement Athènes en ville fantôme.

Panos Koutras en profite pour dresser un portrait satirique des médias en général et de la télévision en particulier, le film étant scandé de flash d’information témoignant heure par heure de l’avancée dramatique des événements. La bourgeoisie athénienne en prend aussi pour son grande, à coup de quelques salves vitriolées joyeusement disséminées. Les trucages numériques qui donnent vie à la moussaka géante et à la soucoupe volante sont pour le moins grotesques et donnent l’impression d’avoir été réalisés par des enfants chahuteurs sur un petit PC. Mais grâce au caractère loufoque du film, de telles approximations passent comme des lettres à la poste. D’autant que Koutras eut toutes les peines du monde à trouver le financement de cette Attaque de la Moussaka Géante, tous les investisseurs du pays l’ayant pris pour un gentil psychopathe lorsqu’il leur fit part du projet. Sa persévérance a depuis porté ses fruits, puisqu’au bout de trois longues années de tournage et avec la participation de nombreux amis improvisés comédiens ou techniciens, le réalisateur a vu son film se muer en véritable objet de culte.


© Gilles Penso