dimanche 12 août 2018

1973 - SEASON OF THE WITCH

de George A. Romero (USA)
Avec Jan White, Ray Laine, Ann Muffly, Joedda McClain, Bill Thunhurst, Neil Fisher

En ces années 70 balbutiantes, George Romero cherchait encore sa voie, partagé entre le cinéma d’auteur et les films de genre. Il faut dire que le succès de La Nuit des Morts-Vivants le dépassa quelque peu, le public et la critique lui allouant même des intentions qu’ils n’avait guère soupçonnées lui-même. « Je ne pensais même pas faire un film de zombies », avoue-t-il. « Pour moi, les zombies étaient liés aux Caraïbes et au vaudou. J’imaginais plutôt des ghoules, comme dans les vieux films Universal. Comme quoi, parfois ce sont les spectateurs qui décident pour vous ! » (1) En abordant Season of the Witch, le cinéaste s’efforça une fois de plus de mêler le surnaturel à une réflexion socio-politique. « Nous avions très peu d’argent pour faire ce film, qui n’est pas très connu du public », regrettait Romero (2). 

Lasse de sa vie monotone d’épouse modèle, Joan (Jan White), une femme au foyer quinquagénaire, est en proie à des cauchemars lui renvoyant l’image de son existence morose. Elle y découvre un mari violent et abject, ainsi que son propre visage soudain vieilli. Le psychiatre à qui elle se confie ne lui est pas d’un grand secours, et sa fille adolescente, en opposition permanente avec son père, semble devenir une inconnue à ses yeux. Dès les premières minutes du métrage, Romero saisit le malaise de son héroïne avec beaucoup de justesse et le retranscrit de manière quasiment viscérale. Un premier déclic survient dans sa vie lorsque ses amies et elle rencontrent une tireuse de cartes de tarot qui prétend reprendre le flambeau d’une sorcellerie se perpétuant de mère en fille. Ce culte, qui se vit comme une religion et se transmettait jadis oralement, est désormais accessible à tous grâce à une abondante littérature grand public. 

Déçue par sa fille qui fugue, par le petit ami de celle-ci qui n’est qu’un jeune homme prétentieux et imbu de lui-même, par ses amies qui l’agacent, Joan décide de franchir le pas. Elle s’initie à la magie grâce à un livre, achète dans un magasin le matériel nécessaire (un petit chaudron, de l’encens, divers produits), se met à réciter une série d’incantations et se dénude entièrement pour célébrer son entrée dans le cercle fermé des sorcières. Ses nuits n’en sont pas moins agitées pour autant, bien au contraire. Désormais, un homme masqué et ganté hante ses cauchemars, pénétrant chez elle pour l’agresser. Ce rêve récurrent aura des conséquences désastreuses au cours d’un final qui évoque celui de La Nuit des Morts-Vivants. Fascinant dans sa description du désespoir né d’une vie où toute passion s’est peu à peu érodée, Season of the WItch pèche sans doute par excès de statisme et de dialogues, passant du coup un peu à côté de son sujet. Bien des années plus tard, George Romero nous confiait son envie d’en réaliser un jour un remake. Un vœu resté hélas sans suite.

(1) et (2) Propos recueillis par votre serviteur en juillet 2005

© Gilles Penso
Thema: SORCELLERIE


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici