samedi 13 octobre 2018

1974 - LES MARAIS DE LA HAINE

‘Gator Bait
de Ferd et Beverly Sebastian (USA)
avec Claudia Jennings, Sam Gilman, Douglas Dirkson, Clyde Ventura, Bill Thurman, Janit Baldwin, Tracy Sebastian

Les Marais de la Haine a été écrit sur mesure pour la comédienne Claudia Jennings, avec qui le couple de cinéastes Ferd et Beverly Sebastian s’était particulièrement bien entendu sur le tournage de The Single Girls. Tout à fait conscients du sex-appeal étourdissant de l’ex-mannequin qui s’exposa généreusement dans les pages du magazine Playboy, les Sebastian en font l’attraction principale de ce survival pur et dur qui parvient à se déployer hors des sentiers balisés par l’incontournable Délivrance. Certes, l’influence du film de John Boorman est prégnante, ne serait-ce que par le choix de placer les protagonistes des Marais de la Haine sur des embarcations flottant au cœur d’une nature hostile et par l’utilisation d’une musique country obsédante. Mais sous cette patine familière, ce ‘Gator Bait (littéralement « appât d’alligator ») réserve des surprises, s’éloignant même des codes du « Rape and Revenge » forestier tels qu’ils furent établis par La Dernière Maison sur la Gauche de Wes Craven. 

L’intrigue se situe dans les bayous de Louisiane, où la petite équipe du film s’installa pendant dix jours, se serrant les coudes dans un motel abandonné qui leur servit de résidence provisoire. Ce système D profite à l’atmosphère brute du film, filmé quasi-integralement avec une caméra légère portée à la main par Ferd Sebastian. D’où un fort sentiment d’immersion dans ces marais inhospitaliers où grouillent serpents et crocodiles. La belle Claudia incarne Désirée Thibodeau, une braconnière parfaitement intégrée dans ce cadre sauvage avec lequel elle ne semble faire qu’un. Le cheveu ébouriffé, la chemise mitée, le short déchiré, elle a presque les allures d’une des femmes préhistoriques d’Un Million d’Années Avant JC. Ses journées sont occupées à chasser le reptile dans les eaux verdâtres puis à rejoindre son frère et sa sœur dans le logement de fortune qu’ils ont bricolé au bord du marais. Mais Désirée – dont le prénom n’a évidemment pas été choisi au hasard – attise les appétits sexuels des rednecks du coin qui semblent prêts à tout pour lui mettre la main dessus. Une chasse à l’homme brutale s’amorce bientôt, prélude à un point de non retour sanglant… 

Les recettes du cinéma d’exploitation des années 70 sont minutieusement respectées dans Les Marais de la Haine, et l’archétype d’une figure masculine systématiquement négative (stupides, couards, libidineux, violents, consanguins, les hommes rivalisent ici de tares) doterait presque le film d’une dimension féministe. L’iconisation de l’héroïne n’en est que plus fascinante. Assumée dès les prémisses comme une créature des marais, Désirée semble échapper au statut de simple être humain pour se fondre dans la nature, comme une nymphe mythologique ou une vouivre échappée des légendes médiévales (cette dernière analogie étant bien sûr renforcée par la présence du marais et des serpents). Ce n’est pas le moindre attrait de ces Marais de la Haine, dont le scénario dénonce en filigrane les travers bien réels d’un racisme anti-Cadiens infestant le Sud des Etats-Unis.

© Gilles Penso
Thema: TUEURS


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici