mercredi 7 mars 2018

2007 - ICE SPIDERS

Ice Spiders

de Tibor Takacs (USA)
Avec Patrick Muldoon, Vanessa Williams, Thomas Calabro, David Millbern, Noah Bastian, Carleigh King, Stephen J. Cannell,

A l’époque où les salles de cinéma osaient encore sortir des œuvres fantastiques singulières et atypiques, Tibor Takacs fit son petit effet avec The Gate et Lectures Diaboliques. Depuis, l’homme s’est reconverti dans la réalisation de « monster movies » directement distribués en DVD. Son attachement pour les créatures en tout genre (Rats, Kraken, Mosquitoman, Mega Snake) aurait même tendance à en faire l’un des plus fervents descendants de Bert I. Gordon, si ce n’est que le petit écran a désormais remplacé les drive in des années 50. 

Dans Ice Spider, tout est dit dans le titre : nous avons affaire à des araignées qui sévissent par grand froid. Des araignées géantes et anthropophages, bien entendu, sinon ce ne serait pas drôle. Le prologue, au cours duquel deux chasseurs se transforment en amuse-gueule pour les voraces arachnides, donne immédiatement le ton. Nous sommes dans la petite station de ski de Lost Mountain, isolée au beau milieu de la montagne. Là, une jeune équipe de rois de la glisse vient joyeusement s’entraîner en prévision des prochains Jeux Olympiques. Ils sont accueillis par un ancien champion de ski (Patrick Muldoon, qui joue à peu près dans tout et n’importe quoi) et s’apprêtent à dévaler fièrement les pistes. 

Mais une jeune scientifique (Vanessa Williams, très jolie mais bien peu crédible en biologiste de l’armée) vient les mettre en garde. En effet, une expérience pratiquée dans un laboratoire voisin vient de tourner à la catastrophe. Le prétexte scénaristique laisse rêveur : le gouvernement a en effet décidé de créer des araignées géantes pour utiliser leur toile comme matériau indestructible afin d’équiper les soldats américains ! Bien sûr, les monstres – six au total, chacun appartenant à une espèce différente – s’échappent et le gueuleton « on ice » peut commencer. Le film ne manque pas de séquences audacieuses, comme ces moments surréalistes où des dizaines de vacanciers paniqués sont happés en pleine glissade par des araignées sauteuses, cette lutte au corps à corps où deux skieurs affrontent une des bêtes avec leurs bâtons de ski comme dans un film de Ray Harryhausen  ou cet assaut à l’intérieur d’un car dont les occupants semblent ne pouvoir trouver aucune issue. 

Hélas, la piètre qualité des effets spéciaux ruine l’efficacité de la majorité de ces scènes. Images de synthèse souvent très médiocres, les araignées bénéficient de textures bâclées (la veuve noire, la pire de toutes, ressemble à un ballon en plastique d’où surgissent huit tiges bien lisses) et s’incrustent souvent bien mal dans les décors réels. Malgré tout, par sa générosité, son approche au premier degré et son absence de concession quant à la description des sévices subis par les victimes humaines des horribles arachnides, nous aurions tendance à préférer cet Ice Spiders à l’Arac Attack d’Ellory Elkayem. Retitré dans certaines éditions DVD françaises Les Araignées Attaquent, le film de Tibor Takacs ne fera certes pas date dans l’histoire du cinéma et s’oublie généralement quelques minutes après son visionnage, mais on ne peut s’empêcher d’apprécier la constance de ce cinéaste décidemment amoureux des monstres.

© Gilles Penso
Thema: ARAIGNÉES

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici