1966/1967 - AU CŒUR DU TEMPS


Créé par Irwin Allen (Etats-Unis)
Avec James Darren, Robert Colbert, Lee Meriwether, Whit Bissel, John Zaremba et Wesley Lau.

Après Voyage au fond des Mers et Lost in Space, le génial Irwin Allen décide en 1966 de lancer une troisième déclinaison de l’Exploration avec le voyage dans le temps. Au cœur du Temps met donc en scène les professeurs Tony Newman et Douglas Phillips, deux chercheurs travaillant pour le compte du gouvernement sur un dispositif de voyage spatio-temporel : le Chronogyre (The Time Tunnel dans la version originale). Dans l’impossibilité de regagner leur temps, nos deux imprudents voyageurs vont sauter d’époque en époque et revivre différents évènements des siècles passés voir même de l’Antiquité. Le pilote nous emmène ainsi sur le Titanic quelques heures seulement avant la catastrophe. Les fans reconnaitront certainement les images de Titanic de Jean Negulesco sorti en 1953.

Parmi les autres évènements historiques, citons l’attaque de Pearl Harbour par l’aéronavale japonaise le 7 décembre 1941, la campagne d’Italie de la Première guerre mondiale en 1915 ou encore le siège de Troie. Toutefois, sur les trente voyages temporels des professeurs Newman (James Darren, aperçu dans Les Canons de Navarone) et Phillips (vu dans la série Maverick), seulement trois se passent dans le futur. A cette époque, l’Amérique est en pleine compétition spatiale face à l’URSS. Nos deux héros vont s’offrir le luxe de devancer Neil Armstrong et Buzz Aldrin en étant les premiers à fouler le sol lunaire dans Le Chemin de la Lune, qui traite de manière sous-jacente de cette même compétition spatiale mais en la transposant vers Mars. Pour l’occasion, la production n’hésite d’ailleurs pas à réutiliser des plans du mythique Destination Moon quand même tourné seize ans plus tôt.

Avec le recul (du temps…?), même si Au cœur du Temps ne manque pas de charme, elle apparaît globalement comme une série plutôt bancale dans sa réalisation, certains dialogues ne rendent vraiment pas service à leurs principaux interprètes. De plus, certains décors semblent sortir d’un mauvais atelier d’arts plastiques. Malgré le souhait d’ABC de poursuivre la série en réduisant sensiblement le budget, Irwin Allen refuse et depuis 1968 les professeurs Newman et Philipps sont bloqués dans une boucle temporelle d’une saison de trente épisodes.

Si l’aventure d’Au cœur du Temps se termine, finalement assez logiquement, elle permet néanmoins de préparer le terrain pour une autre série qui, elle, connaitra un succès planétaire vingt-cinq ans plus tard : Code Quantum. On notera toutefois qu’Au Cœur du Temps, aujourd’hui devenu culte, aura permis à deux inconnus de faire leurs débuts. Robert Duvall, pas encore avocat de Don Corleone, apparaît dans l’invraisemblable poursuite temporelle de l’épisode Chasse à Travers le Temps. Enfin, le générique est l’œuvre d’un certain Johnny Williams qui se distinguera quelques années plus tard en écrivant la partition de la plus célèbre saga spatiale de tous les temps.


© Antoine Meunier


Si vous êtes férus d'espace, foncez visiter la passionnante Chronique Spatiale d'Antoine Meunier !

BONUS : Le générique !



BONUS: L'adaptation de la série en comic book