2006 - THE HOST


(Gwoemul) 

de Bong Joon-Ho (Corée du Sud/ Japon)
avec Song Kang-Ho, Byun Hee-Bong, Park Hae-Il, Bae Doo-Na, Ko A-Sung, Lee Dong-Ho, Lee Jae-Eung, Yoon Je-Moon 

Oubliez tous les films de monstres que vous avez pu voir jusqu’à présent. The Host ne ressemble à rien de connu dans le genre. Car même si Bong Joon-Ho semble ici payer son tribut aux Dents de la Mer et à Alien, il aborde son récit sous un angle pour le moins surprenant. Le scénario de The Host puise son inspiration dans un fait divers réel survenu en février 2000 au cœur d’une base militaire américaine implantée à Seoul. Un gradé nommé McFarland ordonna à son assistant coréen de déverser contre son gré le contenu de plusieurs bouteilles de formol dans un évier, acheminant ainsi le produit toxique jusque dans la rivière Han. 

A partir de cet incident, Bon Joon-Ho imagine une mutation transformant un poisson en monstruosité aquatique pourvue d’une gueule démesurée, de plusieurs tentacules, d’une longue queue et d’un appétit sans limite. Mais avant de nous présenter sa créature, le cinéaste s’intéresse d’abord à la modeste famille Park. Hee-Bong, le patriarche, tient un petit snack au bord de la rivière, où il vit en compagnie de son fils aîné Gang-Du, immature et irresponsable, de sa fille Nam-Joo, championne de tir à l’arc maladroite, et de leur frère Nam-Il, diplômé au chômage comme nombre de ses compatriotes. La tonalité est volontiers comique, voire burlesque, mais lorsque soudain surgit le monstre, semant la panique parmi les badauds au cours d’une séquence d’action absolument époustouflante, The Host vire au film d’horreur pur et dur. 

Et c’est justement cette rupture de style qui marque l’originalité du film. Car tout au long du métrage, qui narre les tentatives désespérées de la famille Park pour sauver la petite Hyun-Seo des griffes du redoutable mutant, Bong Joon-Ho se plaît à juxtaposer des genres à priori incompatibles, osant enchaîner une pesante séquence de suspense avec un gag loufoque ou une scène horrifique avec un moment d’émotion poignante, sans que jamais le film ne perde de sa cohérence. La musique de Lee Byeongwoo est à l’avenant, alternant des percussions agressives, des violons pathétiques et une fanfare de cirque. L’impact de The Host repose beaucoup sur la qualité de ses effets spéciaux. Conçu par le designer coréen Jang Hee-Chul, modélisé par les Néo-Zélandais de Weta Workshop (King Kong), animé en 3D par l’équipe américaine de The Orphanage (Superman Returns) ou sous forme de marionnettes animatroniques par l’atelier australien de John Cox (Peter Pan), ce monstre décidément international est criant de réalisme.

Mais The Host ne se limite pas à ses trucages ou à ses effets comiques. Car sous la surface de ce très réjouissant « monster movie » se cache aussi une cinglante parabole politique et sociale, dressant un portrait peu enviable de la société coréenne et de ses institutions. Et si l’hôte du titre désigne à priori le mutant amphibie hébergeant en son organisme un curieux virus, sans doute faut-il y voir aussi la métaphore d’un pays apathique laissant s’installer sur son territoire des bases militaires américaines et déléguant quelque peu son autorité. The Host nous propose ainsi plusieurs niveaux de lecture, et ce n’est pas la moindre de ses qualités. 

© Gilles Penso
Thema: Monstres marins