2004 - WOLF CREEK


 

de Greg McLean (Australie) 
Avec John Jarratt, Nathan Phillips, Cassandra Magrath, Kestie Morassi, Gordon Poole, Guy O’Donnell, Phil Stevenson 

Même si l’argument de Wolf Creek semble puiser son inspiration auprès des classiques du survival, ce premier long-métrage s’efforce d’éviter les sentiers battus. Empruntant son style à la nouvelle vague initiée par Lars Von Trier et son fameux « dogme », Greg McLean opte pour une mise en scène brute et accidentée, à mi-chemin entre le reportage et le documentaire. Sa caméra HD est légère, ses comédiens improvisent, son montage est libre… Bref, le mot d’ordre semble ici être naturalisme, en accord avec le fait-divers dont le scénario est censé s’inspirer.

Après un carton introductif annonçant que des milliers de touristes disparaissent sans laisser de trace chaque année en Australie, Wolf Creek nous familiarise avec ses trois jeunes protagonistes. Ben, Liz et Kristy quittent la ville pour partir randonner pendant trois semaines dans le désert australien. Ils profitent de l’aventure pour admirer le site de Wolf Creek, un cratère provoqué par la chute d’une météorite il y a plusieurs milliers d’années. Loin de toute agglomération, ils découvrent bientôt que leur voiture refuse de redémarrer. Alors qu’ils s’apprêtent à passer la nuit dans le véhicule, un sympathique autochtone leur propose de les dépanner. Rassuré, notre trio ne se doute pas que le cauchemar le plus abominable s’apprête à les frapper un à un… A contre-courant des scénarios du genre privilégiant les prologues choc et l’accumulation métronomique de séquences d’épouvante, Wolf Creek installe son récit tout en douceur, prenant le temps de nous présenter ses héros, leur ingénuité, leur insouciance et leurs préoccupations gentiment naïves.

Du coup, lorsque l’horreur surgit enfin, au beau milieu du métrage, le choc n’en est que plus violent. Un bref instant, McLean nous laisse soupçonner une manifestation extra-terrestre, comme en témoignent cette voiture qui tombe subitement en panne et ces montres qui s’arrêtent toutes simultanément aux abords du cratère du météore. Mais bien vite, la monstruosité révèle son visage humain, d’autant plus cauchemardesque qu’il est banal et ordinaire. Terriblement débonnaire, le tueur est l’antithèse du cliché australien véhiculé par des films tels que Crocodile Dundee. Certes, l’homme arbore le stetson et le couteau de chasse, mais la comparaison s’arrête là. Ici, il est question de viols, de mutilations et de meurtres. Wolf Creek se place ainsi dans la droite lignée des œuvres les plus marquantes du genre, quelque part entre Délivrance et La Dernière Maison sur la Gauche qu’il évoque irrésistiblement sans jamais les imiter.

En effet, le film de McLean conserve son style unique et sa forte personnalité d’un bout à l’autre, accumulant les moments de suspense diaboliquement efficaces et les séquences franchement dérangeantes. Le naturel des comédiens joue beaucoup en faveur du film et de son réalisme, lequel bénéficie en outre d’une judicieuse partition de François Tetaz alternant les compositions électroniques expérimentales et les morceaux symphoniques aériens. Regrettons simplement un dénouement un peu abrupt qui présente certes l’avantage de ramener le récit à son statut de fait divers mais escamote maladroitement un climax qui eut mérité un traitement mois elliptique. 

© Gilles Penso
Thema: TUEURS