1980 - SATURN 3


 
de Stanley Donen (Grande-Bretagne) 
Avec Kirk Douglas, Farrah Fawcett, Harvey Keitel, Ed Bishop, Douglas Lambert, Christopher Muncke

Saturn 3 aurait dû être la première réalisation de John Barry, brillant chef décorateur d’Orange Mécanique, La Guerre des Etoiles et des deux premiers Superman (à ne pas confondre avec son homonyme, le légendaire compositeur des James Bond). Barry avait écrit ce récit de science-fiction, dont le scénario fut finalisé par Martin Amis, et en commença le tournage. Mais peu à peu, le producteur Stanley Donen commença à émettre des doutes sur sa capacité à mener à bien le film, Barry passant plus de temps à préparer les séquences qu’à les tourner.

Donen, à qui nous devons le fabuleux Chantons sous la pluie, vint donc l’épauler sur le tournage, suscitant des tensions qu’aggrava quelque peu le comportement des acteurs du film, persuadés eux aussi que Barry n’était pas l’homme de la situation. Ce dernier décida donc de quitter le navire, laissant Donen achever le film sans lui. Ce départ alimenta la presse de l’époque, désignant aussitôt Saturn 3 comme un « film à problème ». Ce statut peu enviable se confirma lorsque la compagnie de production ITC réduisit son budget à cause des dépassements financiers d’une autre production maison, La Guerre des Abîmes de Jerry Jameson. Et pourtant, Saturn 3 possède un charme indéniable que ni ses difficultés de production, ni sa réputation de « nanar de l’espace » (comme le définirent à l’époque de nombreuses critiques totalement injustifiées) ne parvinrent à entacher.

Nous sommes dans un lointain futur. Deux savants misanthropes, Adams (Kirk Douglas) et sa compagne Axelle (Farrah Fawcett), se sont réfugiés sur Saturn 3, une station orbitale installée sur une des lunes de Saturne, afin de travailler sur un programme de nutrition. Un jour, ils reçoivent la visite d'un navire terrien. A son bord se trouvent Benson (Harvey Keitel), un tueur psychopathe qui se fait passer pour le capitaine James, et Hector, un robot d'un nouveau type. Bientôt Hector, programmé par son créateur, ne tarde pas à dérailler. Ses instincts meurtriers et son attirance pour Axelle, directement dictés par l'esprit de Benson, obligeront le couple à organiser une défense draconienne. A la fois space opéra ambitieux et thriller éprouvant, Saturn 3 s’efforce d’évacuer les influences esthétiques de La Guerre des Etoiles et Alien en s’appuyant sur une direction artistique originale.

« L’idée qui sous-tendait les designs de Saturn 3 était de s’inspirer de la bande dessinée “Dan Dare in the Eagle“, créée dans les années 50 par Frank Hampson », nous explique le chef décorateur Stuart Craig. « Nous nous sommes donc efforcés d’imaginer des décors brillants et plutôt glamour, en opposition avec les univers grumeleux, graisseux et high-tech que proposaient généralement les films d’anticipation de l’époque, notamment Alien de Ridley Scott. » (1) Construire un huis-clos tendu dans un tel environnement était un pari osé, dont Stanley Donen se tire avec les honneurs, s’appuyant sur les effets spéciaux inventifs de Colin Chilvers et sur son trio d’acteurs charismatiques, Harvey Keitel volant vite la vedette au héros dur à cuire et à sa jolie poupée Barbie incarnés respectivement par Kirk Douglas et Farrah Fawcett.

(1) Propos recueillis par votre serviteur en décembre 2005

© Gilles Penso
Thema:
ROBOTS, FUTUR


BONUS : Stanley Donen donne un coup de main à Farrah Fawcett
  

BONUS : Un poster exotique, façon Barbarella 
(merci à Azzedine Belkhiri/CulturBisZ)



BONUS : Le poster japonais 
(merci à Azzedine Belkhiri/CulturBisZ)



BONUS : Un poster français minimaliste 
(merci à Azzedine Belkhiri/CulturBisZ)