2008 - LES RUINES

(The Ruins)
de Carter Smith (Etats-Unis)
avec Jonathan Tucker, Laura Ramsey, Jena Malone, Shawn Ashmore, Joe Anderson, Sergio Calderon, Jesse Ramirez


L’écrivain Scott Smith fit beaucoup parler de lui en publiant son premier roman, « Un Plan Simple », dont Sam Raimi tira un thriller magnifique. Dès lors, Hollywood commença sérieusement à s’intéresser au jeune auteur, et dès qu’il acheva son manuscrit suivant, « Les Ruines », deux producteurs avisés en achetèrent aussitôt les droits : Stuart Cornfeld (Elephant Man, La Mouche, Mimic) et son partenaire Ben Stiller, plus connu pour ses grimaces à l’écran que pour ses travaux derrière la caméra. Adapté par Smith lui-même, Les Ruines raconte les vacances à Cancun d’Amy (Jena Malone) et Stacy (Laura Ramsey), deux amies de longue date, et de leurs boyfriends respectifs, Jeff (Jonathan Tucker) et Eric (Shawn Ashmore). Alors qu’ils paressent autour de la piscine de leur hôtel, nos quatre touristes américains font la connaissance de Mathias (Joe Anderson), un jeune Allemand dont le frère archéologue est en train d’étudier une pyramide Maya au cœur de la jungle mexicaine.

Séduit à l’idée d’aller visiter des ruines fermées au public, le petit groupe troque le confort et l’opulence contre un voyage en autocar local, une expédition en taxi-brousse et une longue marche. Lorsque la pyramide est enfin en vue, le spectacle vaut vraiment le détour. Majestueuse, parfaitement préservée, elle trône au milieu d’une végétation sauvage. En s’approchant, ils découvrent une étrange plante grimpante qui envahit chaque marche de la monumentale construction antique. Aussitôt, des villageois armés et hystériques surgissent de la forêt et ne laissent à nos touristes que deux choix : mourir sous le tir nourri de leurs flèches ou grimper au sommet de la pyramide. Paniqués, ils s’exécutent et comprennent bientôt la réaction des autochtones. La plante qui encercle les lieux est dotée d’une vie propre, d’une intelligence presque anthropomorphe et d’un insatiable appétit carnivore. En quête de sang, elle s’immisce sous la peau de ses hôtes humains, les ronge de l’intérieur et contamine peu à peu tous ceux qu’elle approche. Comment lutter contre une telle monstruosité ?

Les Ruines n’est pas exempt de défauts, loin s’en faut. L’intrigue met beaucoup de temps à démarrer, les protagonistes ne sont pas franchement intéressants, et une fois la situation dramatique exposée, les choses évoluent bien peu. On aurait aimé, par exemple, que la plante ne soit que la partie apparente d’un péril plus grand, d’un monstre ultime, équivalent des fameux « boss » des jeux vidéo. Là où l’on aurait pu espérer un bon gros monster movie ou un survival nerveux, nous n’avons droit qu’à un petit shocker dont le récit se serait fort bien contenté d’un court-métrage. Malgré ces faiblesses, Carter Smith excelle dans la construction d’un climat tendu et dans l’établissement de séquences de suspense extrême. La vision de ces végétaux rampant sous l’épiderme de leurs victimes affolées, réminiscence de La Nuit des vers Géants, distille une terreur viscérale horriblement efficace. Quant aux éprouvantes opérations chirurgicales improvisées par nos héros pour tenter d’éradiquer la contamination, elles sont d’ores et déjà entrées dans la légende.
 
© Gilles Penso
Thema: VÉGÉTAUX