jeudi 3 avril 2014

2003 - SHAUN OF THE DEAD

d’Edgar Wright (Grande-Bretagne)
Avec Simon Pegg, Nick Frost, Dylan Moran, Kate Ashfield, Lucy Davis, Nicola CunninghamKair Mills, Matt Jaynes, Gavin Ferguson


Annoncé comme « une comédie romantique avec des zombies », Shaun of the Dead est probablement l’une des variantes les plus réussies et les plus intelligentes autour de la mythologie créée par George Romeo. Plus respectueux que L’Armée des Morts, plus subversif que 28 Jours plus Tard et bien plus malin que tous les Resident Evil, le scénario de Shaun of the Dead est l’œuvre d’Edgar Wight et Simon Pegg, le premier assumant la réalisation du film et le second jouant le rôle de son héros Shaun. Trentenaire britannique sans ambition ni grande envergure, ce dernier passe ses journées dans un magasin d’électronique où il officie sans conviction comme vendeur médiocre, ses débuts de soirée au Winchester, le pub du coin, et ses fins de soirée devant la télé avec son co-locataire et meilleur ami Ed. Cette routine morose finit par agacer sérieusement Liz, la petite amie de Shaun, qui rêve d’un peu plus de fantaisie et de romantisme. Or la monotonie va se briser d’une manière tout à fait inattendue lorsque soudain les morts reviennent à la vie et hantent les rues en rampant, avides de chair humaine et terriblement contagieux.

Avant même que cet incroyable événement ne survienne, la plupart des gens présents dans le film agissent déjà comme des zombies, errant sans but dans la cité, le bus ou les magasins, preuve que Wight et Pegg ont parfaitement intégré les thématiques défendues par Romero. Si nous n’y prenons pas garde, nous allons tous finir comme des zombies, semblent-ils dire, muant d’emblée Shaun of the Dead en autre chose qu’une simple parodie potache. Les éléphantesques Scary Movie sont donc à des années lumière de cet excellent exercice de style délicieusement british. A un script habile et réjouissant s’ajoute ici une réalisation extrêmement inventive, notamment lorsque Shaun se promène un matin dans son quartier sans remarquer que tous ceux qui l’entourent sont déjà des morts-vivants, preuve qu’il vivait lui-même comme un zombie sans s’en rendre compte. Dès lors, comédie et épouvante cohabitent sans se nuire l’un l’autre, bien au contraire, comme au bon vieux temps de Deux Nigauds contre Frankenstein ou S.O.S. Fantômes.

Le film se permet même quelques écarts gore surprenants, comme lorsque l’une des victimes des zombies est éviscérée puis démembrée sans aucune retenue. En bon émule de Tom Savini, le maquilleur Stuart Conran (From Hell) effectue là un travail remarquable. Shaun of the Dead est donc à ranger avec les meilleures parodies du genre, aux côtés de Frankenstein Junior et Docteur Jerry et Mister Love, et collectionne les séquences hilarantes, l’une des plus mémorables étant probablement celle où le petit groupe de héros tente d’imiter la démarche des zombies pour se fondre discrètement parmi eux. Et puis, cerise sur le gâteau, le film a été accueilli avec un enthousiasme sans borne par George Romero lui-même. « J’adore Shaun of the Dead ! », s’écrie-t-il lorsqu’on lui pose la question. « Simon Pegg et Edgar Wight m’avaient envoyé une copie de leur film avant qu’il soit distribué aux Etats-Unis. J’ai trouvé ça extraordinaire, hilarant et en même temps très respectueux du genre. Du coup, je les ai fait venir tous les deux sur le tournage de Land of the Dead pour leur faire jouer des zombies ! » (1)


(1) Propos recueillis par votre serviteur en juillet 2005


© Gilles Penso
Thema:
ZOMBIES

BONUS : Edgar Wright et un comédien un peu fatigué

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici