1986 - L'INVASION VIENT DE MARS

(Invaders From Mars)
de Tobe Hooper (Etats-Unis)
avec Hunter Carson, Karen Black, James Karen, Timothy Bottoms, Larraine Newman, Louise Fletcher
 
Tobe Hooper à la réalisation, Dan O’Bannon au scénario, Menahem Golan et Yoram Globus à la production : cette équipe avait déjà fait ses preuves sur Lifeforce, même si le public n’avait pas particulièrement ovationné cette histoire de vampires mâtinée de science-fiction. Pas démontés pour autant, nos quatre hommes se retrouvent à l’occasion d’un remake des Envahisseurs de la Planète Rouge. Les familiers du « classique » de William Cameron Menzies ne sont pas dépaysés, dans la mesure où le récit du film original n’a pas bougé d’un poil. Une nuit, le petit David Gardner (Hunter Carson) croit apercevoir un ovni qui atterrit derrière une colline, à deux pas de sa maison.
 
Alerté, son père (Timothy Bottoms) se rend sur place, mais lorsqu’il revient son comportement devient étrange. Bientôt, la mère de David (Larren Newman) agit elle aussi très bizarrement, tout comme les policiers du coin, sans compter son institutrice, la très revêche madame McKelch (Louise Fletcher), que David surprend en train de dévorer une grenouille vivante ! Cette déshumanisation inquiétante de tout son entourage s’étend même à sa petite camarade Heather. Tous les « contaminés » ont un point commun : ils portent une blessure étrange sur la nuque. Paniqué, David trouve refuge auprès de Linda Magnusson (Karen Black), l’infirmière de l’école. Celle-ci demeure cependant incrédule, jusqu’à ce que David ne l’emmène dans le repaire souterrain des extra-terrestres…
 
Si le scénario des Envahisseurs de la Planète Rouge reste quasiment inchangé, O’Bannon et Hooper évacuent la paranoïa très premier degré, typique des années 50, au profit d’un humour référentiel qui semble hérité des œuvres de Joe Dante et John Landis. David regarde ainsi un extrait de Lifeforce sur son téléviseur, son école s’appelle Menzies, et Jimmy Hunt, qui incarnait le jeune héros du film original, joue ici un policier lâchant la réplique imparable : « Je suis déjà venu ici quand j’étais petit ». Les dialogues ne font d’ailleurs pas dans la dentelle, notamment lorsque le vénérable général Wilson (James Karen) affirme fièrement : « C’est pas des Martiens globuleux qui vont arrêter nos marines ! »
 
Les extra-terrestres sont la vraie surprise du film. Conçus par un Stan Winston en plein essor (avec déjà à son actif Terminator et Aliens), ils défient toutes les lois anatomiques et rendent difficilement décelable la présence des comédiens sous leur costume animatronique. Massifs, courts sur pattes, affublés de bras démesurés  et d’immenses gueules garnies de dents, ils témoignent d’une belle inventivité. Tout comme l’« intelligence suprême », relecture audacieuse du « bébé-méduse » initial. A ces trouvailles s’adjoint une direction artistique en rupture avec celle de Cameron Menzies, les décors et la technologie des Martiens révélant des atours organiques et bio-mécaniques dignes de H.G. Giger. Mais la réussite artistique du film ne parvient pas à transcender son script désespérément convenu et ses péripéties poussives. L’Invasion vient de Mars ne fera donc pas de merveilles au box-office et infléchira sérieusement la carrière de Tobe Hooper.
 
© Gilles Penso 
Thema: EXTRA-TERRESTRES

BONUS : Tobe Hooper sur le tournage