1985 - STARFIGHTER

(The Last Starfighter)
de Nick Castle (Etats-Unis)
avec Lance Guest, Dan O'Herlihy, Catherine Mary Stewart, Robert Preston, Chris Herbert, Barbara Bosson, Norman Snow


Ancien homme à tout faire auprès de John Carpenter, Nick Castle fut notamment scénariste de New York 1997 et assistant caméraman de Dark Star, dans lequel il jouait en prime le rôle de l’extra-terrestre ! Après un premier film variant avec inventivité sur la thématique des serial killers de l’époque, Tag, il enchaînait avec Starfighter, l’une des imitations les plus originales et les plus rafraîchissantes de La Guerre des Etoiles. L’action se situe dans un camping, lieu de résidence permanent d’une poignée de sympathiques protagonistes, en particulier Alex Rogan qui, à 18 ans, rêve de voyages et de grandes aventures.
 
Or pour l’heure, il passe le plus clair de son temps à réparer les appareils électriques de ses voisins, quand il ne traîne pas avec une bande de copains pas franchement finauds. Ses seules évasions sont une jolie petite amie et un jeu vidéo d’arcade baptisé « Starfighter ». Devenu virtuose aux commandes de cette bataille spatiale virtuelle visiblement inspirée du célèbre « Space Invaders » qui faisait à l’époque fureur sur les consoles Atari, Alex finit par atteindre le meilleur score. Aussitôt, un homme étrange, qui se fait appeler Centauri, l’aborde en se présentant comme le créateur du jeu. Grâce à son score, le jeune prodige vient d’être sélectionné pour devenir lui-même un Starfighter, autrement dit joindre une escouade de pilotes de vaisseaux spatiaux censés s’unir pour défendre l’univers face à la menace du sinistre Zur.
 
Evidemment, Alex n’y croit pas une seconde, mais lorsque la voiture de Centauri se met à voler au-dessus de la route en prenant les allures de la Delorean de Retour vers le Futur, puis s’élève au-dessus de l’atmosphère pour le conduire dans une station spatiale, il est bien obligé de se rendre à l’évidence : Starfighter n’est pas seulement un jeu vidéo. Refusant cette trop lourde responsabilité dans un premier temps, Alex finit par accepter, tandis qu’un robot à son effigie le remplace sur Terre le temps de la bataille, occasionnant les séquences les plus drôles du film. Car Starfighter, paré d’une mise en scène alerte de Nick Castle, ne s’interdit aucun trait d’humour, sans verser pour autant dans la pantalonnade parodique. A celle de La Guerre des Etoiles, le film ajoute l’influence de Tron, et profite de la brèche ouverte par ce dernier pour oser un tour de force technique alors très avant-gardiste : abandonner les maquettes pour reconstituer toutes les séquences spatiales en image de synthèse.
 
Ce parti pris, aujourd’hui banalisé, était évidemment fort risqué en 1985, et on ne peut que saluer la qualité du résultat. Car si les vaisseaux spatiaux en 3D souffrent fatalement de textures moyennement réalistes (en particulier lors de la poursuite à l’intérieur d’un astéroïde qui évoque L’Empire Contre-Attaque), le dynamisme de leurs chorégraphies est une indéniable réussite. « Starfighter était un film pivot en ce qui concerne l’avancement technique des effets visuels réalisés sur ordinateur », raconte le spécialiste des effets numériques Kevin Rafferty. « L’équipe de Digital Productions a remporté un Oscar spécial en 1984 pour notre travail sur ce film, qui contient de nombreux plans intégralement numériques. »  (1) Comme en outre la partition symphonique de Craig Safan n’a rien à envier aux envolées lyriques de John Williams et Jerry Goldsmith, et que les maquillages extra-terrestres se démarquent habilement de ceux des Star Wars et des Star Trek, Starfighter est assurément l’un des space opéra les plus réjouissants des années 80.

(1) Propos recueillis par votre serviteur en décembre 2008
© Gilles Penso
Thema:
SPACE OPERA, EXTRA-TERRESTRES

BONUS : La jaquette vidéo (thanks to Stéphane Jeannic)