1984 - PHILADELPHIA EXPERIMENT

(The Philadelphia Experiment)
de Stewart Raffill (USA)
avec Michael Paré, Nancy Allen, Bobby Di Cicco, Eric Christmas, Louise Latham, Kene Holliday, Joe Dorsey, Michael Currie
 
En 1943, la marine américaine s’évertua à rendre invisible ses navires aux yeux des radars ennemis, tentant notamment une expérience sur l’USS Eldridge qui se solda par un terrible échec et la mort de plusieurs marins. La part de vérité de cet événement n’a jamais été précisément clarifiée, même si les auteurs Charles Berlitz et William Moore, spécialisés dans les grands mystères de notre temps, en tirèrent un ouvrage pseudo-scientifique en 1979. S’en inspirant librement, les scénaristes William Gray et Michael Janover concoctèrent un scénario de science-fiction qui inverse quelque peu le principe de Nimitz Retour vers l’Enfer.  
 
Philadelphia Experiment démarre donc en octobre 1943, à bord du destroyer Eldridge. Le professeur Longstreet y expérimente une théorie élaborée par Albert Einstein. Dans un premiers temps, le résultat semble concluant, car le bâtiment disparaît des écrans radars. Mais lorsqu’il lève les yeux de son moniteur, le savant déchante, car l’USS Eldridge est également en train de disparaître de la réalité ! Une dose massive de radiation envahit les coursives, et deux marins, David Herdeg et Jim Parker, ont tout juste le temps de sauter par-dessus bord… Lorsqu’ils s’éveillent, le désert les entoure, et ils constatent bien vite qu’ils ont été propulsés dans le futur, plus exactement en 1984. Alors qu’ils se remettent de leurs émotions, le professeur Longstreet, désormais plus vieux de quarante ans, a du souci à se faire.
 
En effet, l’expérience de 1943 a ouvert une brèche dans l’espace, laquelle est restée béante à cause d’un second essai effectué dans les années 80, et visant à faire disparaître une ville tout entière. Tandis qu’un trou noir menace peu à peu d’aspirer toute matière autour de lui, provoquant maints phénomènes climatiques étranges, nos deux matelots ont leurs propres problèmes. Jim Parker attire la foudre et les éclairs électriques, jusqu’à disparaître littéralement. David, lui, devient fugitif. La police aux trousses, il est aidé par une jeune fille qu’il prend en otage et qui s’amourache de lui. En vedette de Philadelphia Experiment, on retrouve Michael Paré, héros des Rues de Feu, et Nancy Allen, alors vedette des films de Brian de Palma. Ce casting impeccable porte sur ses épaules les circonvolutions d'un scénario complexe ne reculant pas devant le gag anachronique lorsque l'occasion se présente. Les années 80 réservent en effet quelques surprises à nos héros, notamment des canettes de coca, des bières allemandes, des punks et un Ronald Reagan devenu président des USA.
 
L'humour prend aussi la forme de clins d'œil cinéphiliques, sans doute sous l'influence de Roger Corman, alors  à la tête de la compagnie New World qui produisit le film. Le film se pare ainsi d'extraits des Monstres de la Mer diffusés à la télévision, tandis que le patronyme de l’héroïne, Allison Hayes, s'avère être le nom de l’actrice vedette du mythique Attack of the 50 Foot Woman. Mais Philadelphia Experiment a d’autres atouts que son humour, notamment une solide dose de suspense et d’émouvantes séquences de retrouvailles entre les figures vieillissantes du passé et un héros n’ayant pas pris une ride en quarante ans. Passionnant d'un bout à l'autre, Philadelphia Experiment s’achève par un apocalyptique plongeon dans le vortex qui évoque irrésistiblement l’inoubliable final de 2001 l'Odysée de l'Espace.

© Gilles Penso