samedi 5 avril 2014

1979 - ALIEN

Alien

de Ridley Scott (Grande-Bretagne)
Avec Tom Skeritt, Sigourney Weaver, Veronica Cartwright, Harry Dean Stanton, John Hurt, Ian Holm, Yaphet Kotto, Bolaji Badejo


Les extra-terrestres agressifs et les voyages dans l'espace étaient loin d'être des sujets révolutionnaires en 1979, mais le traitement d'Alien, tant du point de vue narratif que visuel, lui confère une nouveauté décisive. Deux ans après La Guerre des Etoiles, Alien revendique ainsi une approche différente du contexte science-fictionnel : banalisation, obscurité, saleté, « héros » très conventionnels… Une fois ce contexte hyperréaliste mis en place, le film entre de plain-pied dans l'épouvante qui, dès lors, prend amplement le dessus sur la SF. Et dans le jeu de la peur, Ridley Scott réussit à aller très loin, maniant avec une efficacité rare le classique triumvirat suspense/angoisse/surprises.

L'astronef « Nostromo », vaisseau commercial transportant et raffinant du minerai, rentre sur terre lorsqu'il est détourné par un signal mystérieux. Les ordres de la compagnie affrétant l'astronef sont formels : toute activité d'origine extra-terrestre doit être élucidée. L'ordinateur de bord réveille donc l'équipage de son hibernation et dirige le vaisseau vers la source du signal. Celui-ci provient d'un titanesque engin extra-terrestre, naufragé probablement depuis des siècles, sur une planète peu hospitalière. Au cours de leur exploration du navire spatial, un des membres de l'équipage, Kane, découvre une espèce d'œuf d'où jaillit une créature tentaculaire qui traverse son casque et se fixe à son visage. La chose lui pond un œuf dans le ventre. L'œuf éclôt après que Kane ait été ramené à bord et un monstre s'échappe par le ventre du malheureux qui meurt sur le coup. Doué de capacités extraordinaires pour survivre et s'adapter, l'extra-terrestre élimine alors un à un les membres de l'équipage.

Tandis que le scénario de Dan O’Bannon recycle habilement des influences composites, notamment La Planète des Vampires de Mario Bava, It the Terror From Beyond Space d’Edward L. Cahn et l’incontournable 2001 l'Odysée de l'Espace de Stanley Kubrick, Ridley Scott se délecte à ponctuer ce récit référentiel d’indices psychanalytiques. Ainsi l’ordinateur de bord répond-il au nom de « maman », le canon extra-terrestre fossilisé a-t-il une forme explicitement phallique, les œufs extra-terrestres sont-ils dotés d’ouvertures vaginales… La mise en scène exemplaire de Scott, esthète accompli ayant fait ses premières armes dans le film publicitaire, se double d’une direction artistique « biomécanique » fort originale signée H.R. Giger, d'effets spéciaux très crédibles, et d'une brochette de comédiens excellant dans la sobriété.

« Je crois qu’un casting solide est la clé de la réussite », nous expliquait Scott. « Le plus gros travail consiste donc à trouver les bons acteurs et à les réunir. A ce titre, je suis très fier d’avoir découvert Sigourney Weaver pour Alien. Je suis un réalisateur qui parle peu à ses acteurs. Ma direction est très minimaliste. Lorsque je sais que je suis en affinité avec mes comédiens, je n’ai pas à les diriger, mais plutôt à les libérer, les relâcher pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. » (1) Sigourney Weaver, John Hurt et Harry Dean Stanton n'avaient pas encore accédé au vedettariat à l’époque, et la crédibilité de leurs personnages n'en est que plus grande dans ce premier Alien. « Je n’avais pas prévu de faire de la science-fiction », raconte Sigourney Weaver. « Mais j’ai découvert que transporter les spectateurs dans d’autres univers était une expérience extraordinaire. Alien m’a ouvert de nombreuses portes et m’a permis d’aborder toutes sortes de rôles par la suite. » (2)

(1) Propos recueillis par votre serviteur en avril 2005
(2) Propos recueillis par votre serviteur en décembre 2009
© Gilles Penso
Thema:
EXTRA-TERRESTRES, FUTUR

Saga: Alien 

 
BONUS : Design de la créature par H.R. Giger


BONUS : Giger au travail sur la créature


BONUS : Sigourney Weaver et Ridley Scott


BONUS : Giger sur le tournage


BONUS : L'envers du décor


 BONUS : L'Alien sans son masque (Bolaji Badejo)



BONUS : Roger Dicken prête main forte à un Alien épuisé



BONUS : Un poster original signé Ken Taylor

 
BONUS : L'équipage encore complet



BONUS : Brian Johnson au travail sur la maquette du Nostromo


BONUS : Images du tournage


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez votre commentaire ici