1977 - LEGITIME VIOLENCE

(Rolling Thunder)
de John Flynn (USA)
avec William Devane, Tommy Lee Jones, Linda Haynes, James Best, Dabney Coleman, Lisa Blake Richards, Luke Askew
 
Œuvre culte au titre français explicite, Légitime violence (à ne pas confondre avec le virulent film de Serge Leroy) porte avant tout la marque de son scénariste, Paul Schrader. Un des piliers du cinéma américain des années 70 et 80, à l'instar de John Milius, avec lequel il partage la même attirance pour les armes à feu, le traumatisme post-vietnamien aux USA, les personnages troubles adeptes d'une autodéfense désespérée et purificatrice, mais aussi un certain romantisme. Rolling Thunder (du nom d'une opération de bombardements aériens intensifs au Vietnam) scrute donc l'Amérique dans les yeux, au plus profond.
 
Le major Charles Rane (William Devane, d'une froideur animale) est un vétéran de guerre (tout comme le Travis Bickle de Taxi Driver, autre scénario de Schrader) qui rentre enfin chez lui après 7 ans d'absence, durant lesquels il a subi les pires tortures aux mains de l'ennemi. Contrairement à Rambo, il est accueilli en héros par les habitants de sa ville texane. On lui offre même une belle Cadillac rouge et une coquette somme pour le féliciter, un dollar d’argent pour chaque jour passé en captivité. Il se rend compte assez rapidement que sa femme l'a trompé avec le shérif et qu'elle veut divorcer, et apprend à découvrir son jeune fils. La réhabilitation est difficile, Rane est harcelé d'images obsédantes de violence et se mure dans le silence. Jusqu'à ce que des voyous viennent pour le dépouiller de son trésor de guerre et massacrent sa famille en le laissant manchot et plus mort que vif…

Tout comme son illustre prédécesseur, Un justicier dans la ville, Rolling Thunder a souvent été injustement réduit à une simple bande d’exploitation, et ne joue pas la carte de la surenchère, dosant ses débordements de violence. John Flynn (Justice sauvage, Pacte avec un tueur, Haute sécurité, Echec à l’organisation, quel CV !) traite le sujet avec un sérieux essentiel au réalisme, sans toutefois oublier d’iconiser son « héros », jouant avec des clairs-obscurs de toute beauté. L'ouverture se fait en douceur, au rythme d'une chanson nostalgique de Barry de Vorzon qui évoque la mélancolie d'un Paul Williams. Rane, habité par un Devane au physique d'aigle, affiche un calme olympien dans l'épreuve, rompu à tout sévice, démontrant un rapport à la douleur quasi masochiste. A peine sorti de l'hôpital, il n'aura de cesse de traquer mécaniquement ses agresseurs, émergeant de sa fausse résignation, et secondé par un ange gardien inattendu, sa marraine de guerre tombée amoureuse de lui. Linda Haynes impose un personnage tout en nuances, d'abord perçue comme une jeune et belle écervelée très sexuée qui lorgne du côté des figures féminines de Peckinpah. Mais comme chez le grand Sam, l'ingénue peut se révéler belliqueuse (on pense à Guet-Apens et Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia).
 
Le film évolue donc tranquillement vers le road-movie, et même carrément vers le western quand le couple fonce vers la frontière mexicaine. Mort à l'intérieur et incapable du moindre ressenti, Rane larguera sa compagne en route pour la préserver (et aussi parce qu’elle tente de le raisonner) et rappellera son ancien compagnon d'armes, incarné par un jeune Tommy Lee Jones, lui aussi impassible et inapte à la réinsertion sociale. Le final guerrier tant attendu pourra alors intervenir, avec nos deux soldats en uniforme à l'assaut d'un bordel, armes à la main, ultime bataille perdue d'avance pour se sentir à nouveau vivants, l’espace d’un instant seulement. Le grand moment d'un film précurseur et objet de fascination (Tarantino le place dans son top 10), empreint d'une tristesse insondable, miroir implacable adressé à une Amérique divisée et meurtrie, génératrice de ses luttes intestines et créatrice de ses propres monstres.  
© Julien Cassarino
Théma: TUEURS

BONUS : La jaquette vidéo (thanks to Stéphane Jeannic)